Les enquêtes de Sugawara Akitada

Pour ce premier article sur la lecture, j’ai choisi de vous parler de la série de policiers d’IJ Parker, Les Enquêtes de Sugawara Akitada (parue chez Belfond). C’est une série que j’ai beaucoup aimée, et qui m’a faite retomber au temps où je lisais jusqu’au milieu de la nuit tout en redoutant d’arriver à la fin… J’ai sans doute découvert ces livres à un moment propice (juste avant mes examens, en plein stress, lorsque j’avais besoin d’un moyen de décompresser), mais je me suis très rapidement plongée dans leur ambiance, tellement qu’après être tombée par hasard sur un premier tome, j’ai commandé sans attendre les quatre autres.

IJParker.com

IJ Parker est une auteure américaine, mais les enquêtes se déroulent dans le Japon féodal (ère d’Heian-kyō), qui est raconté sur un ton très actuel. Il ne s’agit absolument pas d’un récit historique, bien qu’elle semble avoir fait de son mieux pour respecter l’exactitude de son cadre, mais l’évocation des détails de l’ordinaire japonais du onzième siècle est vivante et très naturelle. C’est l’une des choses que j’ai le plus apprécié dans l’écriture de Parker, j’aime beaucoup les détails et pouvoir imaginer la vie des personnages hors du récit, et ils sont amenés ici de manière discrète, simplement en accordant autant de place à l’enquête qui est le centre du roman qu’au quotidien de ses protagonistes.

J’aime les romans étrangers pour le « voyage » qu’ils m’offrent dans le pays où se situe le récit, mais je note une différence selon la nationalité de l’auteur. Les romanciers occidentaux, lorsqu’ils dépeignent un autre pays (je lis beaucoup de romans situés en Extrême-Orient), ne demandent pas au lecteur de s’adapter à la culture décrite, puisque le prisme de narration reste celui du lecteur, qui n’a alors comme effort à faire que celui de suivre l’histoire. C’est de l’exotisme – faute de meilleur mot – facile. C’est quelque chose à savoir lorsqu’on prend un livre: un roman situé au Japon n’induira pas le même état d’esprit selon la nationalité de l’auteur. J’aime autant l’un que l’autre, mais peut-être que ce qui m’a particulièrement plu dans la série des Enquêtes est cette facilité de lecture couplée à un univers riche, étranger, et réel: il m’est arrivé plus d’une fois de Googler tel ou tel endroit que je souhaitais mieux connaître…

Les Enquêtes sont pour le moment composées de cinq livres parus en français, même s’il en existe à ce jour onze publiés en langue anglaise. Chaque livre s’articule autour d’une enquête menée par un jeune employé du ministère de la Justice, Sugawara Akitada, et mêle vie personnelle du jeune homme avec intrigues et complots plus larges (une amie m’a fait remarquer que cela ressemblait au modèle de Camilla Läckberg dans sa série avec Erika Falck: une enquête apparaît dans la vie d’Erika, et les deux se confondent dans le récit – mais c’est le seul point commun). Les enquêtes sont bien ficelées, l’auteure bien documentée, le ton relativement léger (ce n’est pas un thriller) et les personnages sympathiques.

Ce n’est pas un livre qui vous fera repenser votre vie, mais il vous fera à coup sûr passer un bon moment. C’était exactement ce que j’en attendais, et j’ai été plus que satisfaite.

Pour rester dans l’ambiance du livre, je fais comme Akitada, pionnier du 11e siècle: je bois un thé vert. Le Sencha vous emmènera tout droit au Japon…

Cet article a été initialement publié sur le blog Un Thé chez nous.

Publicités

Une réflexion sur “Les enquêtes de Sugawara Akitada

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s